DIABÈTE SUCRÉ - Informations importantes et conseils utiles

Image: main pleine de morceaux de sucre

Vous devez savoir avant tout qu'il n'existe plus, pour les diabétiques, de régime alimentaire strict avec plein d'interdictions. Même les diabétiques peuvent et doivent profiter. Rien de plus facile avec les spécialités maison de bofrost* !

 

Dans les pages suivantes, vous découvrirez notamment que les mêmes recommandations que celles adressées aux personnes en bonne santé concernant l'alimentation équilibrée sont valables pour les diabétiques.

 

Nouvelle législation pour les diabétiques

Pourquoi les aliments pour diabétiques n'ont plus le droit d'être vendus ?

 

Depuis fin 2012, les produits pour diabétiques n'ont plus le droit d'être vendus au sein de l'Union européenne. Cela est dû à la modification du décret relatif aux régimes alimentaires. Les législateurs ont ainsi suivi l'avis unanime des experts en la matière. Ces derniers préconisent en effet depuis des années la suppression des produits diététiques pour diabétiques. Les études scientifiques ont révélé que ces aliments ne présentent pas d'avantages vérifiables pour les diabétiques. Ils contiennent autant d'énergie que les produits traditionnels et font monter le taux de glycémie.


Des petits plaisirs allégés en sucre

 

Pour ceux qui veulent consommer moins de sucre, bofrost* propose désormais des spécialités de glaces et de gâteaux allégés en sucre. Ils contiennent 30 % de sucre en moins par rapport à des produits comparables que l'on trouve dans le commerce. Ils sont donc particulièrement indiqués pour les diabétiques. Ces petites gourmandises sont sucrées exclusivement avec du sucre de table et du fructose. Les autres succédanés du sucre et édulcorants ont été écartés.
 

Alimentation en cas de diabète

Image: fraises

En principe, les recommandations relatives à une alimentation équilibrée valent aussi bien pour les diabétiques que pour les personnes en bonne santé. L'alimentation doit être en phase avec le traitement correspondant contre le diabète (insuline, médicaments).

Afin de garantir un taux de glycémie constant et d'éviter des pics de glycémie, il convient de prendre plusieurs petits repas au cours de la journée. Le sentiment de satiété ne se fait sentir qu'au bout de 15 minutes environ. C'est la raison pour laquelle il convient de manger lentement et avec plaisir.

 

Les fruits et les légumes en abondance, ainsi que les produits à base de blé complet, doivent être privilégiés. Les viandes et poissons maigres doivent être consommés avec modération. Cela signifie qu'il est possible de manger une petite portion de viande deux à trois fois par semaine et du poisson une à deux fois par semaine. Les aliments riches en matières grasses doivent être utilisés avec parcimonie. Au total, jusqu'à 10 % des besoins énergétiques journaliers peuvent être ingérés sous forme de sucres sans que cela ait des répercussions négatives sur le métabolisme. Le sucre doit être réparti en petites quantités tout au long de la journée et ne doit pas être consommé pur, si possible. Les diabétiques peuvent donc continuer à se faire plaisir avec un petit dessert après le déjeuner.

 

Pour les diabétiques en surpoids, il peut s'avérer plus important de réguler leur poids que de faire attention à l'apport de glucides.

 

Le poids en équilibre

Image: copines au sport

Les règles alimentaires strictes préconisées auparavant aux diabétiques sont aujourd'hui dépassées. Les recommandations générales relatives à une alimentation complète sont valables également pour les diabétiques. Le surpoids et le manque d'activité physique favorisent le diabète. Il convient donc de chercher à atteindre un poids normal. La pratique d'un sport permet d'atteindre un poids normal.

 

Chaque kilo superflu perdu augmente la sensibilité du corps à l'insuline. Ainsi, une perte de poids de 5 à 10 kg peut déjà réduire le taux de glycémie et avoir un effet positif sur le taux de graisse dans le sang et la tension artérielle.

 

Bouger fait du bien

L'activité physique et le sport augmentent le bien-être et facilitent la perte de poids. Cela active également la circulation sanguine. Enfin, chez les diabétiques de type 2, la pratique d'un sport se traduit par une diminution de la résistance à l'insuline et améliore le taux de graisse dans le sang.

 

Pour avoir un impact positif à long terme, l'activité sportive doit être un plaisir. Nous recommandons de prévoir des activités physiques cinq à six fois par semaine. Ces activités peuvent consister à se rendre au travail ou aller faire les courses à vélo, à marcher ou à faire le ménage.

 

Les activités suivantes sont bien indiquées :

 

•    Marche ou promenades régulières
•    Gymnastique
•    Vélo
•    Natation
•    Aqua-jogging
•    Marche nordique

 

Pas de renoncement aux glucides

Image: Couple prenant son petit déjeuner

Choisissez les bonnes sources de glucides. L'idée selon laquelle les diabétiques n'ont pas droit au sucre et ne doivent consommer que très peu de glucides est dépassée. Comme pour les individus en bonne santé, la recommandation est la suivante : les glucides doivent fournir plus de 50 % de l'énergie. Cela correspond à environ 250 g de glucides. Une tranche de pain complet représente environ 18 g de glucides, une pomme de terre de taille moyenne (80 g) 12 g.

 

Il convient de privilégier les aliments riches en glucides qui contiennent beaucoup de fibres alimentaires, tels que les légumes, les légumes secs, les fruits et les produits céréaliers. Les fruits et les légumes sont par nature pauvres en calories et en matières grasses et fournissent à l'organisme les vitamines, les minéraux et les fibres alimentaires dont il a besoin.
Le pain complet, le riz brun et les pâtes complètes sont également de bonnes sources de vitamines, de minéraux et de fibres alimentaires. Ils ont une influence bénéfique sur le taux de glycémie. Étant donné qu'ils rassasient durant un long moment, ils empêchent les fringales.

 

Le sucre (sous forme cristallisée ou sucre de raisin) et les aliments sucrés, tels que le miel, sont acceptables puisqu'ils couvrent environ 10 % des besoins énergétiques. Il est possible d'en consommer 30 à 50 g comme assaisonnement dans des plats ou dans des crèmes glacées et des gâteaux, en combinaison avec d'autres nutriments. Les boissons sucrées doivent être évitées.

 

Les différences entre les graisses alimentaires

Image: huile de colza et huile d'olive

Les aliments gras et riches en graisse doivent être utilisés avec parcimonie.

 

La qualité s'avère importante également. Pour la préparation des plats, ce sont l'huile de colza et l'huile d'olive qui conviennent le mieux. Elles contiennent en effet de précieux acides gras insaturés. Si vous souhaitez en savoir plus sur les graisses alimentaires, veuillez cliquer ici.

 

Les confiseries, les pâtisseries, ainsi que la charcuterie et certains fromages sont parfois très gras. Les saucisses de volaille ou le corned-beef, en revanche, sont des alternatives maigres. De même, les produits laitiers pauvres en graisses, tels que le fromage blanc maigre au lieu du fromage blanc à la crème, permettent de réduire la consommation de matières grasses. Les garnitures végétales comme les tomates, les concombres ou la salade sont également de bonnes alternatives maigres et permettent de consommer le pain de façon variée.

 

Un grand choix pour des assiettes variées

Image: Couple, manger

bofrost* propose une grande variété de produits – même pour les diabétiques.

 

Fruits et légumes :

Les personnes souffrant de diabète sucré peuvent et doivent consommer des fruits et des légumes chaque jour. Ces aliments fournissent de nombreuses vitamines et minéraux et sont peu caloriques.

 

Viandes, charcuterie et œufs :

Les variétés maigres doivent être privilégiées. Le tableau nutritionnel aide à faire les bons choix. Pour les préparations à faible teneur en matières grasses, les poêles antiadhésives ou les cuiseurs-vapeur sont bien adaptés. Un repas à base de viande deux à trois fois par semaine suffit à apporter à l'organisme les micronutriments dont il a besoin. Une portion de viande en contient environ 150 g. Les œufs sont des aliments précieux. Étant donné qu'ils contiennent également des substances défavorables, telles que des acides gras saturés, la consommation devrait être limitée à deux œufs par semaine.

 

Image: poisson dans une assiette

Poisson :

Les poissons, de préférence le hareng, le saumon, le maquereau et le thon, sont riches en acides gras oméga-3. De plus, les poissons de mer sont une bonne source d'iode. Le poisson doit figurer au menu une à deux fois par semaine.



Plates cuisinés :

Les diabétiques non formés ont peur de consommer des plats cuisinés, qui contiennent un peu de sucre ou du sirop de glucose pour rehausser le goût. Cette crainte est totalement infondée car de petites quantités de sucre n'ont aucun effet sur le taux de glycémie. Il est plus important de surveiller la quantité totale de glucides. Pour ce faire, le tableau nutritionnel est utile.

 

Glaces et gâteaux :

Les diabétiques bien formés peuvent choisir des produits dans toutes les catégories. Il convient pour cela de connaître les quantités de glucides qu'ils contiennent. Toutes les informations importantes sont indiquées dans le tableau nutritionnel bofrost*.

 

Diabète – une question de type

Diabète de type 1

 

En cas de manque absolu d'insuline, on parle de diabète de type 1. La plupart du temps, le diabète de type 1 survient dès l'enfance ou l'adolescence. Le traitement préconisé consiste en un apport quotidien (plusieurs fois par jour) d'insuline. En outre, une alimentation complète et adaptée au traitement insulinique s'avère nécessaire.

 

Diabète de type 2

 

Environ 90 % des diabétiques en Allemagne souffrent du diabète de type 2. Cette forme ne survient la plupart du temps qu'après la quarantaine. Ces dernières années, les enfants sont de plus en plus touchés par ce que l'on appelle le « diabète de la maturité ». Lors d'un diabète de type 2, l'action de l'insuline est amoindrie. Les causes principales sont une suralimentation et un surpoids. Par conséquent, l'insuline produite par le corps ne suffit pas pour faire passer le glucose dans les cellules. Au cours du traitement, l'alimentation joue un rôle décisif. Le simple fait d'avoir une alimentation adaptée aux besoins et une activité physique régulière améliore l'action de l'insuline, de sorte que les diabétiques de type 2 peuvent vivre normalement pendant des années sans devoir prendre de médicaments.

 

L'apparition du diabète sucré

Image: Femme plus âgée

L'apparition du diabète sucré est influencée par de nombreux facteurs. Une prédisposition est transmise. Toutefois, certains facteurs, comme le surpoids et le manque d'activité, peuvent favoriser également favoriser son apparition. Chez les enfants et les jeunes, le diabète peut également être déclenché par d'autres circonstances telles que des infections.

 

Le diabète sucré de type 1 est une maladie auto-immune, au cours de laquelle les cellules du pancréas produisant de l'insuline sont détruites. Plus aucune insuline n'est alors produite. L'insuline agit comme une clé qui permet aux cellules d'absorber le glucose présent dans le sang.

 

Dans les cas de diabète sucré de type 2, la clé insuline ne fait pas correctement son travail, bien qu'elle existe en quantité suffisante. Le taux de glucose dans le sang est augmenté. Le diabète sucré est dû, selon le type, soit à un manque d'insuline soit à une action réduite de l'insuline.

 

Formation des diabétiques et autosurveillance

Image: Moniteur de la glycémie

La formation des diabétiques est l'alpha et l'oméga d'un traitement efficace contre le diabète. Après tout, toutes les personnes concernées ont une large part de responsabilité personnelle. Une formation professionnelle contribue à effacer le premier sentiment d'insécurité et d'impuissance et à faire prendre conscience à la personne affectée qu'elle peut continuer à bénéficier d'une certaine qualité de vie même avec du diabète. Les médecins traitants responsables aident les patients à trouver le traitement approprié.

 

La surveillance régulière des diverses valeurs, aussi bien par le patient lui-même que par le médecin, est aussi importante que la formation. En s'appuyant sur des analyses de sang spécifiques, le médecin peut estimer la qualité des taux de glycémie sur une plus longue période. Le taux de graisse dans le sang et la tension artérielle doivent également être contrôlés régulièrement.

 

Diabète et ménopause

Les femmes atteintes de diabète de type 1 ou de type 2 sont ménopausées plus tôt que les femmes sans diabète. En outre, le climatère (autre nom de la ménopause) augmente le risque de maladies cardio-vasculaires. Cela est dû à la baisse du taux d'œstrogènes, qui peut entraîner une fluctuation des taux de glycémie ainsi qu'une prise de poids.

Une modification de l'hygiène de vie, adaptée à la nouvelle situation du métabolisme, peut s'avérer efficace. Cela implique, par exemple, d'avoir une activité physique plus soutenue et de diminuer l'apport en calories. Parfois, une hormonothérapie peut aussi être utile. Cependant, la décision doit toujours être prise en accord avec le médecin traitant. Dans tous les cas, le contrôle rigoureux de la glycémie est important, comme dans d'autres situations délicates auxquelles sont confrontés les diabétiques (rhumes, puberté, sport ou voyages dans d'autres zones climatiques).

Il vous suffit d'appeler notre service d'assistance téléphonique au 27863232 (sur le réseau fixe de la Luxemburger Post) pour obtenir des conseils individuels de la part de nos nutritionnistes.

 

Nous attendons votre appel !

Date

19.09.2017